• Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d'un studio :"Citymulation", portant sur la notion de ville sans structure.

    Le groupe d'étudiants de "Les Mecs de La Rue De Derrière".  Vincent Del Valle + Marie Henriot + Maud Atamaniuk + Antoine Ceunebroucke vous propose d'aller visiter les deux blogs du projet.

    Sur le blog "Citymulation" vous trouverez les ressources communes à tous les étudiants ayant participé au projet ainsi que les différents travaux, rendus et références.

    http://citymulation.blogspot.com/search/label/lesmecsdelaruedederriere

    Des bonus et compléments du film "La ville infernale" sont disponibles ici:

    http://la-ville-infernale.blogspot.com/


    3 commentaires
  •  

    Cette vidéo a été réalisée par le groupe « Rakel Citran » : Guillaume Sauvadet + Elma Riza + Rakel Paulo+ Maud Atamaniuk en 2005. Cette improvisation est basée sur un song de « Die Dreigroschenoper » de Berthold Brecht et Kurt Weill et influencé par le film de John Bock présenté lors de l'exposition Dionysiac à Beaubourg cette même année.


    votre commentaire


  •  
    C'était en 2003, j'étais dans le bus un matin vers 8 heures et j'allais au 
    lycée, à poissy (le bus c'est la ligne 5 qui fait conflans sainte 
    honorine-poissy).
    Donc, comme tous les jours je prends ce bus qui est rempli de collégiens 
    bruyants, ce qui m'exaspérait car je n'arrivais pas à me concentrer sur mes 
    révisions de verbes irréguliers d'anglais.
    Alors, je décide d'écouter mon mp3.
     Soudain ... (tadaaa) un homme noir, la cinquantaine bien tassée, avec 
    un imperméable vert kaki monte dans le bus (jusque là rien d'anormal), je ne 
    le remarque d'ailleurs pas monter dans le bus.
    Mais un moment, j'entends quelqu'un crier très fort, alors j'enlève mes 
    écouteurs et je lève la tête: c'était cet homme qui s'en prenait au 
    chauffeur, et il marchait dans le bus en long et en large en hurlant:
    -"il veut me tuer, je le sais" , puis il s'approche du chauffeur (le bus 
    était en marche)
    -"hein Eric tu veux me tuer? Je le sais ahhhhh il veut me tuer avec ma femme, 
    tout ça pour l'argent ahh mais vous n'aurez pas mon argent ahhhhh laisse moi 
    sortir laisse moi sortir tu veux me tuer ahhhh"
    et la, il commence à donner des gros coups de pieds dans la porte arrière du 
    bus, il essaye de l'ouvrir ,toujours en délirant à propos du chauffeur du 
    bus (qui s'appelle vraiment Eric, c'est bizarre)
    ET LA! comme il ne parvenait pas à ouvrir la porte (à ce moment on roulait 
    quand même sur la départementale!), il s'approche d'un gamin assis seul à 
    côté de la fenêtre et le dégage (moi j'étais à côté je flippais trop), puis 
    il monte sur le siège et donne des coups de pieds dans la vitre (à ce moment 
    le bus roulait moins vite vu qu'on était à l'approche d'un arrêt) .
    Je me rappelle qu'il a donné 3 coups de pied et boom un gros coup de tête 
    dans la vitre qui s'est éclatée en pleins de morceaux, et il a sauté du bus 
    (qui allait s'arrêter). Le truc énorme, c'est qu'il a disparu et qu'on a 
    pas pu le retrouver. Le chauffeur est sorti voir mais il était deja parti. 
    après moi j'étais limite choquée parce que j'avais peur qu'il s'en prenne au 
    conducteur et qu'on finisse dans le fossé, et les collégiens étaient soit 
    choqués, soit morts de rire. voilà.
    Le soir j'ai téléphoné à la compagnie de bus pour savoir s'ils l'avaient 
    retrouvé. On m'a dit que le chauffeur ne le connaissait pas, qu'il avait 
    porté plainte mais que personne ne savait qui il était.

     

     

    Ce travail est parti d'un échange d'histoires personnelles. Séverine Leffondre m'a fait part de l'une des siennes. Celle ci à fait apparaître des images de fuite.

    Une course sans but, l'ivresse de la vitesse. Une course dans laquelle on aurait qu’une chose à penser :  « les pieds, toujours mettre un pied devant l’autre . » Le soulagement de pouvoir partir en courant.

    Comme si l’homme du bus en cassant la vitre et en disparaissant trouvait un moyen de guérir! La vitre qui se brise, offre un passage et permet à l’homme fou de s'enfuir, jusqu’à disparaître du regard des autres. Peut être s’est il dissout ? Peut être s'est il laissé absorbé par les éclats de verre? M. Barthélémy (l'un des héros de la bande dessinée « Philémon »de Fred), qui se laisse glisser dans un puits, un miroir, un carton pour chercher à quitter la terre et repartir vivre sur son ile... Notre fou cherche une issue, un passage vers quelque chose...

    Il passe en courant à travers le verre brisé et il s’enfuit peut être soulagé de ses angoisses, libéré.


    votre commentaire
  • "Osez Josephine", 2005
    Allez hop, un clip animé sur la musique d' Alain Bashung...

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique